Catégorie : Destinations

Région San Martín

Région San Martín

Deux semaines après mon départ de Tarapoto, j’écris enfin cet article ! La famille d’une amie m’a gentiment hébergée pendant toute cette période, m’a fait visitée quelques endroits, m’en a conseillé d’autres.

Réserve Urku

Je suis allée dans la réserve Urku qui accueille des animaux blessés, maltraités etc. qui les soigne puis les libère si cela est possible. Pour visiter le centre, il faut payer un montant de 10 soles. Pour une fois je sais que cet argent sera bien utilisé.

Je n’ai pas de photo à te montrer. J’étais bien trop occupée à écouter l’histoire de ces animaux. En tout cas, ce que je peux te dire : les animaux sont très bien traités, ils sont en plein milieux de la jungle et ne sont pas du tout dérangés. Le guide qui m’a fait la visite était passionné, cela se ressentait vraiment, et il m’a semblé que tout le monde l’était.

Centres de loisirs

Il y a de nombreux centres de loisirs à Tarapoto et alentours. Tu peux rentrer pour quelques soles, profiter du soleil et des transats toute la journée, et ça, c’est vraiment cool !

Je suis allée à Laguna Venecia et Punta Verde. Les voici en photo :

Laguna Venecia

Punta Verde

L’un d’eux qui sort du commun est la Rústica. C’est un endroit assez luxueux et on le ressent avec le prix de l’entrée. En semaine l’entrée est à 20 soles, et le weekend à 40 soles ce qui peut paraitre cher. Mais tu réutilises l’argent de l’entrée pour manger ou boire. Finalement c’est assez rentable tout ça.

Cascades

Dans la région, il y a énormément de cascades. J’adore me rendre à des cascades, c’est toujours très relaxant et revigorant à la fois.

Cataratas Ahuashiyacu

Cataratas Toroyacu à San Antonio

Environ 1h de marche

Heureusement que j’étais avec Sandro, un ami, sinon je ne me serais jamais aventurée seule là-bas. Tu dois traverser de nombreuses fois la rivière, le courant est assez fort, et le chemin n’est pas très bien indiqué.

Cataratas Chapawanki à Lamas

San Roque de Cumbaza

San Roque de Cumbaza est un petit village après San Antonio si mes souvenirs sont bons. Il y a deux petites places très mignonnes. Mais en soi la chose qu’il y a à faire est de se baigner. C’est très calme, l’eau n’est pas froide et quand j’y suis allée avec une copine, hormis nous, il n’y avait que 2 autres personnes. Que demander de plus ?

Lamas

Je suis allée à Lamas en moto avec la maman de mon amie. Je ne pourrai donc pas te renseigner concernant les prix des bus etc.

Que faire à Lamas ?

Visiter le château. J’ai trouvé un peu dommage qu’il n’y ait pas de guide. Tu te balades dans le château, regarde des peintures, mais sans aucune explication, ça perd vraiment de son intérêt.

Se rendre au Mirador. Tu as une vue incroyable sur la jungle.

Excursion 1 : Moyobamba – Rioja – Tioyacu – Rio Mayo

(120 soles – 30€ avec repas du midi et toutes les entrées payantes incluses). Il est plus intéressant financièrement et beaucoup plus simple de passer par un tour que de le faire soi-même.

Moyobamba est la capitale de San Martin, c’est la plus ancienne ville de la région. Tarapoto, ville de palmiers est quant à elle la capitale commerciale.

A Moyobamba, j’ai visité l’orchidarium : 3000 espèces différentes d’orchidées. C’est le seul endroit où il est possible d’acheter des orchidées et il est interdit de les faire sortir du pays.

Je suis également allée dans des bains thermaux. Il y a différents bassins avec une eau pouvant atteindre 44 degrés. C’était la première fois que j’allais dans des bains thermaux. Quel bonheur de rester dans de l’eau aussi chaude !

Ensuite, direction le village de Rioja pour aller au Chuchu center où il est possible de déguster de nombreux cocktails (à 11h du matin).

Avant notre arrivée au Chuchu Center on nous a dit qu’on allait voir des animaux. C’est vrai, on a vu des animaux, mais des animaux en cage. Si tu me connais bien, tu sais que je n’ai pas tellement aimé ça. C’était juste pour pouvoir les montrer aux touristes, ni plus ni moins.

Puis nous sommes allés à Tioyacu, un centre de loisirs où il est possible de se baigner. L’eau est assez fraiche et il y a beaucoup de courant, mais ça reste très agréable de pouvoir se baigner.

On a terminé le tour par une dégustation de café à Rio Mayo. En toute honnêteté, la dégustation n’était pas dingue mais elle te permet de rester éveillée pour la route du retour.

Excursion 2 : Sauce – Laguna Azul

(85 soles – 22€ avec le repas du midi, balade en bateau, accès au centre de loisirs)

Arrivés à la lagune, on est restés un petit moment à goûter TOUTES les liqueurs du coin, où comment finir bourrer à 10h du matin.

Puis on est allés aux bains de souffre. Tu t’enduis tout le corps de boue, attends 20 min les pieds dans l’eau pour te faire manger les petites peaux dégoutantes par les poissons et tu te rinces. Je fais rêver la, n’est-ce pas ? (Je ne vais pas te montrer les photos, j’ai encore un peu de dignité)

Après le bain de boue, où l’épreuve Fort Boyard selon ma sœur, on est allés au restaurant, qui soit dit en passant n’était pas dingue. Puis, on a fait une petite balade en bateau pour aller dans un centre de loisirs où toutes les activités proposées étaient hors de prix. Du coup j’ai passé mon temps à discuter avec d’autres touristes.

Il ne faisait vraiment pas beau, la lagune bleue n’était donc pas si bleue que ça le jour où j’y suis allée et je n’ai donc pas pu me baigner. Dommage…

Je retiendrai les rencontres que j’ai faites pendant ce tour et la balade en bateau très agréable à observer l’incroyable végétation.

Les endroits dans lesquels je suis sortie

Boites de nuit :

  • Anaconda
  • Pachanga
  • Pink

Bars :

  • Warmi
  • Musmuqui
  • Beer point (bar à bières)
  • Stonewasi
  • El Artesano (ils font aussi à manger et c’est une tuerie)

Bilan

J’ai revu une amie, rencontré sa famille et d’autres personnes incroyables, avec le cœur sur la main. Ces trois semaines et toutes ces personnes resteront à jamais gravées dans mon cœur. Et je sais que je reviendrai ici, ce n’est qu’une question de temps.

J’ai eu énormément de coups de cœur durant mon voyage, mais la jungle est de loin le plus grand. Les paysages sont impressionnants, sauvages et denses. Et toutes les personnes (ou presque) que j’ai rencontrées sont généreuses et m’ont si bien accueillie que je ne pouvais que me sentir chez moi.

Tarapoto, je t’aime et je reviendrai.

#3 Machu Picchu

#3 Machu Picchu

Il est bien évident qu’en allant à Cuzco j’allais aller au Machu Picchu. Je suis partie avec une agence pour 110$. Dans le tarif sont compris : le premier déjeuner, le diner, la chambre d’hôtel avec petit-déjeuner, l’entrée au Machu Picchu, le guide, le bus aller-retour entre Cuzco et Hidro Electrica.

Départ en bus à 7h de Cuzco. Il me semble que je suis arrivée aux alentours de 14h à Hidro Electrica en ayant une pause de 30 min à midi pour manger. Ensuite, pour aller à Aguas Calientes, il est possible de prendre le train (tarifs exorbitants) ou de marcher sur les rails. J’ai bien évidemment choisi la deuxième option et j’ai mis environ 2h30 pour arriver à Aguas Calientes.

Seul point positif de l’agence : la chambre qu’elle avait réservée à Aguas Calientes.

Départ le lendemain matin à 4h30. 1 700 marches et 2h plus tard, j’arrive en haut, essoufflée, impatiente de pouvoir passer le contrôle et accéder au site.

Malheureusement pour moi, l’agence n’ayant pas pris les bons billets d’entrée, j’ai attendu 2h supplémentaires. Attente rapidement oubliée quand on se retrouve face à ceci :

Un peu d’histoire avant la suite des photos

La citadelle du Machu Picchu a été construite autour de 1450, à l’apogée de l’Empire Inca. Elle a été abandonnée en 1572. Les incas ont probablement fui les maladies.

Bien qu’elle soit à seulement 80 km de Cusco, les Espagnols ne l’ont pas trouvé et n’ont donc pas pu la détruire ou la piller.

Le Machu Picchu a été découvert par Hiram Bingham le 24 juillet 1911. Quand il est arrivé les ruines étaient recouvertes par la végétation. Il étudia la citadelle et la nomma « Machu Picchu » : « vieille montagne » en queshua.

En 1912, Bingham retourna au Machu Picchu avec l’Université de Yale et la National Geographic Society et avec l’appui du président péruvien Leguia. Le site a été nettoyé de toute la végétation envahissante pendant 4 mois. De nouvelles fouilles sont entreprises en 1914 et 1915. Les divers objets retrouvés sur le site sont envoyés à Yale aux États-Unis.

En 1983, l’UNESCO a désigné Machu Picchu un site du patrimoine mondial, le décrivant comme « un chef-d’œuvre absolu de l’architecture et un témoignage unique de la civilisation Inca ».

 

J’arrête de faire Wikipédia et te laisse avec les photos du site.

Maisons sur deux niveaux : le rez-de-chaussée qui servait de logement et le 1er étage pour entreposer les aliments

3 ouvertures correspondants aux 3 animaux : condor (les cieux) : monde des dieux – puma (la terre) : le monde des vivants – serpent (monde souterrain) : le monde des morts

Roche taillée comme les montagnes en arrière-plan

Les habitations
Lieu de cérémonies et spectacles
2e roche taillée comme la montagne
Maisons espacées en cas de tremblement de terre

Pour lire mes deux autres articles, ça se passe ici et .

#1 Cuzco & La Vallée Sacrée

#1 Cuzco & La Vallée Sacrée

Cuzco

Cusco/Cuzco, est une ville inscrite au Patrimoine Culturel de l’Humanité par l’UNESCO. Vue du ciel, Cuzco est en forme de puma.

« Cuzco » vient du mot quechua « Qosqo » qui a pour signification « nombril du monde ». La ville était considérée comme le centre du monde pour les Incas et le point de départ de la Vallée Sacrée.

Plaza San Antonio

Plaza San Francisco

Plazoleta Espinar

Plaza de Armas

Une place qui a énormément de charme. Encore plus belle que celle d’Arequipa, eh oui, impensable mais vrai.

Vallée Sacrée

Pour visiter la Vallée Sacrée, je suis passée par une agence (que je ne recommande absolument pas).

Pour 75 soles (20€) j’ai visité Pisac, Ollataytambo & Chincheros en une journée. Petit-déjeuner et déjeuner compris.

Au prix de l’excursion il faut rajouter le prix du boleto turístico (autrement appelé « ticket pour faire payer les touristes à chaque ville »). Ce ticket est donc obligatoire pour accéder aux attractions touristiques des environs de Cuzco et permet de visiter gratuitement les musées de Cuzco. Il existe 2 tickets différents :

  • Ticket complet : Valable pendant 10 jours et permet d’accéder à différents sites

Etrangers : 130 soles (34€) le ticket adulte, 70 soles (18,30€) le ticket pour étudiants
Nationaux : 70 soles (18,30€) le ticket adulte, 40 soles (10,40€) le ticket pour étudiants

  • Ticket partiel : 3 circuits valables 1 ou 2 jours

70 soles (18,30€) pour les étrangers, 40 soles (10,40€) pour les nationaux.

Pour plus d’infos, rendez-vous ici.

Programme de la journée :

Récupérée à l’hostel à 7h.
Petit-déjeuner à 7h30.
Départ pour la vallée sacré à 8h.
Marché artisanal
Visite de Pisac
Déjeuner
Visite de Ollataytambo et de Chincheros
Retour à Cuzco à 19h

Marché artisanal

Attrape-touriste fréquent dans les tours mais qui te permet de ramener des souvenirs à la famille.

Pisac

Terrasses destinées à la culture du maïs. On comptait 17 variétés à l’époque inca.

Ollantaytambo

Ollantaytambo était une forteresse, un centre religieux, un observatoire astronomique, et un centre agricole.

On aperçoit des greniers incas qui servaient à faire sécher la viande et les pommes de terre. Les greniers étaient difficilement accessibles car très hauts dans la montagne. Cette hauteur permettait d’avoir un système de réfrigération et d’aération naturel grâce à la température et au vent.

Au milieu de la photo ci-dessous tu dois pouvoir voir le visage d’un homme avec une couronne de 4 tours. A toi de le retrouver.

Chinchero

Nous sommes arrivés de nuit à Chinchero, un village qui contrôlait l’accès vers la vallée sacrée. (Mes photos ne sont pas de bonne qualité, je préfère donc les garder pour moi.)

On a visité une église et nous nous sommes rendus dans un atelier artisanal où sont fabriqués des textiles en alpaga. Ce sont les femmes qui s’occupent du textile dès l’âge de 6 ans. Une petite fille était d’ailleurs en train de tisser pendant les explications.

L’alpaga est lavé avec une racine qui a des propriétés lavantes. Les femmes qui se lavent les cheveux avec n’auraient apparemment pas de cheveux blancs (heureusement L’Oréal n’est pas au courant).

On nous a également montré comment les couleurs sont obtenues, avec quelles plantes, racines, poudres etc.

Salines de Maras

J’ai décidé d’aller au Salines de Maras sans excursion, ce que je regrette.  Je m’explique. L’excursion d’une journée coutait 45 soles (11,80€) et permet d’aller non seulement à Maras mais également à Moray pour visiter les terrasses incas. Entre le bus et le taxi, j’ai payé 36 soles (9,45€) aller-retour sans visiter Moray. Ce n’était donc pas très rentable.

Passons aux explications.

Les salines datent de l’époque pré-inca et sont situées sur les hauteurs de la vallée sacrée. Ce sont des bassins suspendus en terrasses sur les flancs de la montagne. Les familles ont les bassins de génération en génération et sont dans l’obligation de vendre à la coopérative présente sur le site.

Pour voir mes autres articles sur Cuzco, clique ici et ici.

#2 Montagne des 7 couleurs + Vallée Rouge

#2 Montagne des 7 couleurs + Vallée Rouge

La montagne des 7 couleurs également appelée Rainbow Mountain est récemment devenue un incontournable tout comme le Machu Picchu.

Pour m’y rendre, j’ai choisi de partir avec une agence pour 95 soles (24,80€). Petit-déjeuner et déjeuner compris, l’entrée au site incluse, présence d’un guide bilingue anglais (d’une inutilité impressionnante). Le guide n’est présent que dans le bus, et ce pour donner quelques informations sur la montagne (très peu en réalité) et des conseils pour la monter.

L’ascension commence à 4 600m et se termine à 5 200m d’altitude. Il ne faut pas croire que l’on va monter tranquillement car nous ne sommes pas habitués à une si haute altitude. Respirer est plus difficile et l’ascension est par conséquent beaucoup plus compliquée.

Il faut compter entre 1h30 et 2h de marche. Sinon, il est possible de monter à cheval pour 50 soles (13€).

En arrivant le spectacle est impressionnant. L’image ci-dessous parle pour moi.

Les couleurs sont dues à la présence de minéraux. Souffre : jaune. Oxyde de fer : rouge. Sulfate de cuivre : vert

J’avais décidé d’aller au Mirador de la Vallée Rouge qui est à 30 min de marche aller-retour depuis le sommet de la montagne des 7 couleurs. L’accès coûte 10 soles (2,60€). Ces 30 minutes de souffrance supplémentaire valent vraiment la peine !

À 12h30-13h il faut redescendre. Je vois enfin ce qu’il y avait dernière moi tout ce temps mais que je n’avais pas remarqué avant car j’étais bien trop occupée à monter.

Le guide ne servant pas à grand chose, passer par une agence perd de son intérêt. Je te recommande donc d’aller à la Rainbow Mountain par tes propres moyens.

Ici mon article sur Cuzco et la Vallée Sacrée, et ici mon article sur le Machu Picchu.

Huacachina & Paracas

Huacachina & Paracas

Huacachina

Huacachina est un petit village en plein milieu du désert, à 15 minutes d’Ica. C’est un endroit extrêmement touristique où l’on peut faire du buggy, du sandboarding (tu vois le snowboard, eh bien la même chose mais sur du sable), se prélasser au bord de la piscine de son hostel (activité très intéressante) et faire la fête. C’est vraiment le lieu idéal pour faire la fête 7 jours sur 7 !

Parce que je suis moi aussi une touriste j’ai fait 2h de buggy et du sandboarding pour 30 soles (8€). J’ai adoré faire cette activité le soir, car j’ai pu assister au coucher du soleil depuis les dunes. C’est un très beau spectacle. A toi d’en juger !

Recommendation :

  • Hostel Casa de Arena : 20 soles (5,10€) la nuit dans un dortoir de 18 personnes, oui c’est beaucoup de monde, je sais. Finalement on était que 3 dans ma chambre, surement parce que tout le monde s’est fait cette réflexion et a préféré prendre un dortoir plus petit même si cela signifie qu’il faut payer plus.

Paracas

La ville de Paracas, également appelée El Chaco, est une ville balnéaire. En soi il n’y a pas grand chose à faire, hormis se rendre à la réserve naturelle et faire une excursion en bateau sur les îles Ballestas. C’est un lieu pour faire la fête, bronzer, se baigner, et par moment ça fait du bien de se retrouver dans ce genre d’endroit.

J’ai fait une balade de la ville en quad d’une heure pour 40 soles (10€) avec un guide. J’aurais préféré ne pas avoir de guide, mais c’est obligatoire, soit disant pour des questions de sécurité.

J’avais oublié que les clapotis de l’eau et le soleil me détendaient tant.

Recommendations :

Prochain article : Cuzco.

J’annonce maintenant pour te donner envie de me suivre 😉 D’ailleurs n’hésite pas à t’inscrire à ma newsletter pour ne rien manquer :

Arequipa – Nouveau coup de coeur

Arequipa – Nouveau coup de coeur

Arequipa est la première ville péruvienne que je visite après la Bolivie.

C’est une jolie petite ville, où il fait bon de flâner, de prendre un verre en terrasse, de lire à la Plaza de Armas, d’aller au Mirador de Yanahuara.

Tous les plus beaux bâtiments sont dans le centre historique de la ville, tout peut se visiter en 2-3 jours mais je me suis une nouvelle fois sentie comme à la maison, c’est pourquoi je suis restée un peu plus longtemps.

Les incontournables

Église de La Recoleta

Mirador de Yanahuara

Petite rue à côté de la cathédrale

Plaza de Armas : le centre du centre-ville

De jour :

Et de nuit :

Mercado San Camilo

Où bien évidemment tu peux faire tes courses mais aussi manger (le ceviche c’est ma vie)

En réalité, il y a beaucoup d’autres choses à voir à Arequipa, mais je ne peux pas te les montrer car je me suis baladée de nombreuses fois sans mon téléphone ou mon appareil photo.

Les cours intérieures des bâtiments sont souvent colorées et très bien aménagées.  Je suis rentrée plusieurs fois dans des cours sans soupçonner de si jolis décors.

Le canyon de Colca

J’ai décidé de faire une excursion d’une journée au canyon de Colca. Je ne me souviens plus par quelle agence je suis passée mais je pense qu’elles se valent toutes, puisque les bus se suivent toute la journée.

Départ à 3h du matin de la place centrale. On commence par 3h de route pour arriver à Chivay, village qui est juste à côté du canyon. Nous avons pris le petit-déjeuner là-bas (compris dans le tarif).

Après le petit-déjeuner, direction le canyon. J’ai pu voir quelques condors d’assez près, c’était assez impressionnant. Et la vue est absolument magnifique !!

Honnêtement, la suite de la visite n’est pas incroyable. La route entre chaque arrêt est très jolie, mais les villages par lesquels on passe n’ont pour moi aucun intérêt.

Tarifs :

Excursion = 35 soles (9€)

L’entrée au parc =

  • 5 soles pour les étudiants péruviens (1,30€)
  • 20 soles pour les locaux (5,10€)
  • 40 soles pour les latino-américains (10,20€)
  • 70 soles pour les autres (17,85€).

Qui est-ce qui a encore réussi à payer le tarif latino ? Oui oui, encore !

Place aux photos

On est même passés par un endroit où il y avait de la neige. Phénomène anormal à cette période de l’année.

Mes recommandations

Logement : Hostel Espinoza

Restaurants :

  • La petite française : de bonnes crêpes salées et sucrées
  • APQ Burger Company : 13 soles en moyenne pour burger et des frites maison
  • Ratatouille
  • Las gringas : pour manger de bonnes pizzas
  • Tous les petits « boui boui » de rue 🙂

Boulangeries : Rue Bolognesi (les croissants à la confiture, au manjar pâle copie du dulce de leche, et les gâteaux sont très bons !)

Boîte de nuit : Déjà-vu (oui c’est bien un nom français). Au rez-de-chaussée, tu peux danser sur des rythmes latinos et à l’étage, il y a de la bonne musique électro, un pur régal !

Copacabana & La Isla del Sol

Copacabana & La Isla del Sol

À ne pas confondre avec le quartier de Rio de Janeiro au Brésil, la ville de Copacabana est à 4h de La Paz, au bord du lac Titicaca.

En arrivant sur l’île, j’ai découvert des paysages à couper le souffle mais l’enchantement s’est très vite stoppé une fois arrivée à Copacabana, une ville qui pour moi n’a aucun charme.

Depuis Copacabana il est possible de visiter 2 îles : La Isla del Sol et la Isla de la Luna. J’ai décidé de consacrer mon temps à la Isla del Sol. Départ à 8h30 et retour à 15h.

Isla del Sol

L’aller-retour dure 4 heures et coûte 30 bolivianos (3,60€). Il faut également s’acquitter d’une taxe de 10 bolivianos en arrivant sur l’île (1,20€).

Depuis quelques temps la partie nord de l’île est fermée aux touristes pour cause de conflits entre les habitants, ce qui nous empêche de voir bon nombre des ruines incas.

L’île perd donc un peu de son intérêt bien que le paysage reste magnifique. N’est-ce pas ?

Clique ici si tu n’as pas lu mon dernier article sur L’excursion vers le Salar d’Uyuni.

Le Salar d’Uyuni depuis Tupiza

Le Salar d’Uyuni depuis Tupiza

Le Salar d’Uyuni est un incontournable de la Bolivie. Ça serait un peu comme ne pas aller voir la Tour Eiffel alors que tu es à Paris…

Il est possible de faire cette excursion depuis 3 villes : Uyuni, Tupiza ou San Pedro de Atacama (Chili). La meilleure reste selon tout le monde depuis Tupiza. Il y a beaucoup moins de monde, ce ne sont pas des dizaines de bus qui partent en même temps aux mêmes endroits. Et dernier point positif : tu vois le lever du soleil sur le Salar le dernier jour.

Nous sommes passés par l’agence Natural Adventure (souviens-toi j’avais fait du cheval avec cette même agence en arrivant en Bolivie, cf. cet article).

Tarif : 1100 bs (130€).

Ce qui est compris : tous les repas, les snacks, 2L d’eau par jour par personne, les nuits en refuge.

Nous avons eu Hernán comme guide, qui nous a donné toutes les informations nécessaires. Plus important encore : il est d’une extrême gentillesse et est toujours à vouloir combler nos moindres désirs.

Choisis-bien avec quelle agence tu pars car les guides ne sont pas toujours bien traités. Je sais que dans celle-ci les guides sont assez libres.

Toutes les agences se font une marge énorme, celle-ci ne doit pas faire exception à la règle. C’est pourquoi nous avons tous laissé un pourboire à Hernán qui est allé directement dans sa poche.

C’était une excursion formidable ! J’en ai pris plein les yeux du début à la fin et j’ai rencontré des personnes extraordinaires grâce à qui le voyage n’a été que meilleur.

Je te laisse avec les photos, des moments à jamais gravés.

Sucre – Capitale de la Bolivie

Sucre – Capitale de la Bolivie

Sucre

Sucre, capitale de la Bolivie, est une ville blanche très agréable malgré le grand afflux de touristes. Elle a gardé son empreinte coloniale de part son architecture et son centre-ville quadrillé à l’espagnole.

Il y a énormément de choses à faire, de nombreux musées, des balades, et mon activité favorite : flâner dans les rues.

Lire la suite Lire la suite

Tupiza – Mon arrivée en Bolivie

Tupiza – Mon arrivée en Bolivie

Je suis partie en Bolivie depuis San Pedro de Atacama au Chili. Ma découverte de la Bolivie commence donc par Tupiza dans la région de Potosí, région la plus pauvre de Bolivie.

Il est vrai qu’en tant qu’européenne je suis très différente physiquement des boliviennes. À mon arrivée je me suis sentie comme l’attraction du moment, j’étais dévisagée par tout le monde. Aujourd’hui même si c’est toujours le cas, je me suis habituée, je ne le remarque presque plus.

Pour être honnête à 100%, je ne me suis pas sentie très à l’aise à mon arrivée en Bolivie, tout d’abord parce que j’étais dévisagée mais également car l’écart entre le Chili et la Bolivie est immense. Je sais que la Bolivie est un pays pauvre, mais de le voir et de le ressentir est bien différent.

Quelques informations sur la Bolivie

Le contraste avec le Chili et avec l’Argentine m’a beaucoup marqué. J’ai donc fait quelques recherches que je tiens à partager aujourd’hui.

4 millions de personnes sont en situation précaire dont 1,8 millions sont dans une situation de pauvreté extrême (difficultés à s’alimenter, se vêtir, se loger).

En 2016 l’espérance de vie était de 71,88 ans.

La sous-alimentation affecte 21,3% de la population, ce qui représente 2,2 millions de boliviens.

Il n’y a que 4,7 médecins pour 10 000 habitants.

« Le budget du ministère de la Santé a été de 287 millions de dollars en 2016. Sur ce montant, 202 millions étaient destinés à l’investissement, mais seulement 120 millions furent réellement investis (59%) ; une  sous-utilisation fréquente et coutumière de la piètre administration du pays. (…) Pour couvrir les besoins du pays, il faudrait plus que doubler le nombre d’hôpitaux. Ceux qui existent manquent de personnel, et manquent aussi de moyens pour répondre à une demande  de soins toujours croissante. Pour obtenir une consultation, il faut faire la queue depuis l’aurore et obtenir un bon d’entrée. Et quand il n’y a plus de place, il faut revenir le lendemain.  Et le calvaire des patients ne s’arrête pas là puisqu’ils n’ont bien souvent pas les moyens d’acheter les remèdes qui leur sont prescrits. »

Toutes les informations ont été tirées de cet article que j’estime fiable.

J’ai remarqué que beaucoup d’enfants travaillaient dans la rue. J’ai donc cherché l’âge à partir duquel il est possible de travailler en Bolivie.

Réponse : Selon la loi il est possible de travailler dès 10 ans à son propre compte et à 12 ans pour le compte d’autrui, donc comme un adulte.

J’ai discuté avec une jeune fille qui travaille dans l’Hostal Coronel Pedro Arraya . C’est une lycéenne de 17 ans, qui a 7 frères et soeurs. Pour aider sa famille elle travaille en plus du lycée depuis 2 ans dans cet hostel du lundi au vendredi de 7h à 19h30, parfois le weekend. Elle étudie le soir jusqu’à 23h.

Elle n’est malheureusement pas le seul exemple, les enfants travaillent souvent auprès de leurs mères pour vendre de la nourriture dans la rue, pour cirer des chaussures etc.

Passons à un sujet plus léger: mon séjour.

Tupiza

L’hostel que je recommande : Valle Hermoso : 40 bs (4,70€) la nuit avec le petit-déjeuner : pain, beurre, confiture, café, thé, chocolat, bananes. Très propre, calme, et avec une wifi exceptionnelle. Il n’y a malheureusement pas d’espace commun pour pouvoir rencontrer les autres voyageurs.

Tupiza est un tout petit village qui propose les fameux tours de 4 jours pour aller au Salar d’Uyuni. En dehors de ça, il est possible de faire des balades à pied, à cheval ou en jeep pour visiter les alentours.

Le village :

Où manger ?

Le midi il est possible de manger au Mercado Gil Duran. Au rez-de-chaussée, c’est un marché classique où l’on peut acheter de la viande, des fruits et légumes. Et à l’étage il y a de nombreuses femmes qui préparent des plats typiques. Les soupes sont en général à 6 bs (0,70€) et les plats à 12 bs (1,40€).

Sinon, personnellement je mangeais dans la rue (hamburgers, salchipapas).

J’ai également mangé dans une rôtisserie, le poulet y était excellent !

Poulet entier : 70 bs (8,20€)
Moitié de poulet : 30 bs (3,50€)
Quart de poulet : 19 bs (2,20€)
Accompagnement : pâtes + riz + frites.

Activités

Balade à cheval – Un air de Far West

Je suis passée par l’agence Natural Adventure pour faire du cheval. Cintia, qui tient l’agence, est une femme adorable, à l’écoute, avec un coeur énorme, qui cherchera toujours une solution pour satisfaire tout le monde.

J’ai donc fait une balade d’une journée (7h) à cheval avec un guide pour 400 bs soit 46€ (déjeuner compris).

Au programme :

Puerta del Diablo

Valle de los machos

Valle de los machos

Il n’est pas toujours facile de prendre des photos à cheval…

Cañón del inca

Quebrada Seca

Toroyo

Pendant ma balade à cheval je suis tombée sur un panneau qui indiquait que la Commission Européenne et une commission allemande dont je ne me souviens pas le nom avaient financé une amélioration des routes, de la santé, de l’éducation, de 2002 à 2009. Je ne sais pas comment était le village avant mon passage mais je vois qu’il n’y a AUCUNE infrastructure, pas de route, pas d’école, rien. Je me demanderais presque où l’argent qui a été versé est passé…

Cañón del Duende

J’espère que mon article t’aura plu 😉

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial