Catégorie : Astuces

Tupiza – Mon arrivée en Bolivie

Tupiza – Mon arrivée en Bolivie

Je suis partie en Bolivie depuis San Pedro de Atacama au Chili. Ma découverte de la Bolivie commence donc par Tupiza dans la région de Potosí, région la plus pauvre de Bolivie.

Il est vrai qu’en tant qu’européenne je suis très différente physiquement des boliviennes. À mon arrivée je me suis sentie comme l’attraction du moment, j’étais dévisagée par tout le monde. Aujourd’hui même si c’est toujours le cas, je me suis habituée, je ne le remarque presque plus.

Pour être honnête à 100%, je ne me suis pas sentie très à l’aise à mon arrivée en Bolivie, tout d’abord parce que j’étais dévisagée mais également car l’écart entre le Chili et la Bolivie est immense. Je sais que la Bolivie est un pays pauvre, mais de le voir et de le ressentir est bien différent.

Quelques informations sur la Bolivie

Le contraste avec le Chili et avec l’Argentine m’a beaucoup marqué. J’ai donc fait quelques recherches que je tiens à partager aujourd’hui.

4 millions de personnes sont en situation précaire dont 1,8 millions sont dans une situation de pauvreté extrême (difficultés à s’alimenter, se vêtir, se loger).

En 2016 l’espérance de vie était de 71,88 ans.

La sous-alimentation affecte 21,3% de la population, ce qui représente 2,2 millions de boliviens.

Il n’y a que 4,7 médecins pour 10 000 habitants.

« Le budget du ministère de la Santé a été de 287 millions de dollars en 2016. Sur ce montant, 202 millions étaient destinés à l’investissement, mais seulement 120 millions furent réellement investis (59%) ; une  sous-utilisation fréquente et coutumière de la piètre administration du pays. (…) Pour couvrir les besoins du pays, il faudrait plus que doubler le nombre d’hôpitaux. Ceux qui existent manquent de personnel, et manquent aussi de moyens pour répondre à une demande  de soins toujours croissante. Pour obtenir une consultation, il faut faire la queue depuis l’aurore et obtenir un bon d’entrée. Et quand il n’y a plus de place, il faut revenir le lendemain.  Et le calvaire des patients ne s’arrête pas là puisqu’ils n’ont bien souvent pas les moyens d’acheter les remèdes qui leur sont prescrits. »

Toutes les informations ont été tirées de cet article que j’estime fiable.

J’ai remarqué que beaucoup d’enfants travaillaient dans la rue. J’ai donc cherché l’âge à partir duquel il est possible de travailler en Bolivie.

Réponse : Selon la loi il est possible de travailler dès 10 ans à son propre compte et à 12 ans pour le compte d’autrui, donc comme un adulte.

J’ai discuté avec une jeune fille qui travaille dans l’Hostal Coronel Pedro Arraya . C’est une lycéenne de 17 ans, qui a 7 frères et soeurs. Pour aider sa famille elle travaille en plus du lycée depuis 2 ans dans cet hostel du lundi au vendredi de 7h à 19h30, parfois le weekend. Elle étudie le soir jusqu’à 23h.

Elle n’est malheureusement pas le seul exemple, les enfants travaillent souvent auprès de leurs mères pour vendre de la nourriture dans la rue, pour cirer des chaussures etc.

Passons à un sujet plus léger: mon séjour.

Tupiza

L’hostel que je recommande : Valle Hermoso : 40 bs (4,70€) la nuit avec le petit-déjeuner : pain, beurre, confiture, café, thé, chocolat, bananes. Très propre, calme, et avec une wifi exceptionnelle. Il n’y a malheureusement pas d’espace commun pour pouvoir rencontrer les autres voyageurs.

Tupiza est un tout petit village qui propose les fameux tours de 4 jours pour aller au Salar d’Uyuni. En dehors de ça, il est possible de faire des balades à pied, à cheval ou en jeep pour visiter les alentours.

Le village :

Où manger ?

Le midi il est possible de manger au Mercado Gil Duran. Au rez-de-chaussée, c’est un marché classique où l’on peut acheter de la viande, des fruits et légumes. Et à l’étage il y a de nombreuses femmes qui préparent des plats typiques. Les soupes sont en général à 6 bs (0,70€) et les plats à 12 bs (1,40€).

Sinon, personnellement je mangeais dans la rue (hamburgers, salchipapas).

J’ai également mangé dans une rôtisserie, le poulet y était excellent !

Poulet entier : 70 bs (8,20€)
Moitié de poulet : 30 bs (3,50€)
Quart de poulet : 19 bs (2,20€)
Accompagnement : pâtes + riz + frites.

Activités

Balade à cheval – Un air de Far West

Je suis passée par l’agence Natural Adventure pour faire du cheval. Cintia, qui tient l’agence, est une femme adorable, à l’écoute, avec un coeur énorme, qui cherchera toujours une solution pour satisfaire tout le monde.

J’ai donc fait une balade d’une journée (7h) à cheval avec un guide pour 400 bs soit 46€ (déjeuner compris).

Au programme :

Puerta del Diablo

Valle de los machos

Valle de los machos

Il n’est pas toujours facile de prendre des photos à cheval…

Cañón del inca

Quebrada Seca

Toroyo

Pendant ma balade à cheval je suis tombée sur un panneau qui indiquait que la Commission Européenne et une commission allemande dont je ne me souviens pas le nom avaient financé une amélioration des routes, de la santé, de l’éducation, de 2002 à 2009. Je ne sais pas comment était le village avant mon passage mais je vois qu’il n’y a AUCUNE infrastructure, pas de route, pas d’école, rien. Je me demanderais presque où l’argent qui a été versé est passé…

Cañón del Duende

J’espère que mon article t’aura plu 😉

San Pedro de Atacama – Visite du désert

San Pedro de Atacama – Visite du désert

San Pedro de Atacama est un petit village situé dans le désert d’Atacama connu comme étant le plus aride du monde. Eh oui on parle beaucoup du Sahara mais c’est bel et bien le désert d’Atacama le plus sec du monde.

Il  y des petits marchés « artisanaux ». Entre guillemets parce que j’ai trouvé les mêmes choses dans tous les marchés que j’ai fait en Argentine et au Chili.

Les excursions

La ville vit essentiellement du tourisme. Le centre-ville regorge d’agences, il y en a environ 70 qui te proposent plus ou moins les mêmes excursions à des prix souvent exorbitants. Quand tu rentres dans l’agence on t’annonce un tarif avec une remise immédiate si tu prends plusieurs tours.

Voici la liste des excursions possibles :

  • Valle de la luna
  • Valle de la muerte
  • Lagunas Altiplánicas + Piedras Rojas + Salar de Atacama
  • Laguna Cejar, Ojos del Salar, Tebinquiche
  • Geyser del Tatio
  • Tour astronomique
  • Termes puritama
  • Salar Tara
  • Location de vélos

Si tu veux faire toutes les excursions citées ci-dessus tu peux prévoir un budget d’au moins 400$.

Je n’ai fait que 2 excursions. Pourquoi ?

  • Pas un budget illimité
  • J’ai prévu de faire l’excursion au Salar d’Uyuni sur plusieurs jours qui te permet de voir de nombreuses lagunes, et des geysers.

Lagunas Altiplánicas

J’ai donc fait l’excursion Lagunas Altiplánicas avec l’agence Flamingo.

Le programme :

On te récupère à ton auberge entre 7h et 7h30.

  • Laguna Chaxa dans le Salar d’Atacama (petit-déjeuner)
  • Stop dans le village Socaire
  • Lagunas Miscanti y Miñiquies (déjeuner)
  • Mirador Piedras Rojas
  • Laguna Tuyacto
  • Mirador Aguas Calientes
  • Stop dans le village Toconao

Retour à 18h à ton hostel.

Prix de l’excursion : 35000 CLP = 48€ (petit-déjeuner et déjeuner compris)

Entrées des 2 parcs nationaux : 5000 CLP = 7€

Salar d’Atacama à la Lagune Chaxa

C’est LE repère des flamands andins et chiliens :

Socaire

Socaire est un petit village à 3 218m d’altitude.

C’est au milieu de champs que tu peux visiter la deuxième église la plus vieille du Chili. Elle a un style colonial mais on peut également noter la présence de la culture chilienne. Comme tu peux le voir sur la photo, la partie supérieure est plus petite que la partie inférieure, c’est une référence à la Chacana, également appelée la croix andine.

Lagunas Miscanti y Miñiquies

Mirador Piedras Rojas

Le nom aborigène et original du mirador est « Salar Aguas Calientes ». Le nom a changé en « Piedras Rojas » lorsque le lieu a commencé à devenir très touristique.

Laguna Tuyacto

Laguna Tuyacto

Mirador Aguas Calientes

Toconao

Je n’ai pas de photos du village qui pour moi n’avait pas grand intérêt.

Balade à cheval dans la Valle de la Muerte

L’agence Flamingo m’a recommandé de me rendre au Ranch Cactús. Les propriétaires et les guides sont vraiment adorables et les chevaux sont bien traités.

J’ai fait une balade de 3h à 28000 CLP soit 38€. Il faut également payer l’entrée qui est à 3000 CLP (4€).

Le bon plan de l’article : La Franchuteria

Alors oui ça peut paraître bête mais même si tu manges du pain au petit-déjeuner, le BON pain français manque un peu… À San Pedro de Atacama, il y a une boulangerie qui s’appelle la Franchuteria, qui fait du pain et des viennoiseries comme chez nous ! Oui, vraiment ! Alors oui c’est plus cher, mais qu’est-ce que ça fait du bien !

1000CLP = 1,35€ la baguette
1000CLP = 1,35€ le croissant
1300CLP = 1,75€ le pain au chocolat

Dernier article sur le Chili, prochaine destination : Tupiza en Bolivie.

Valparaíso

Valparaíso

Un peu d’histoire

Valparaíso, Vallée Paradis ou Valpo pour les habitants est une ville portuaire qui a joué un rôle important au cours du XIXe siècle. La ville servait d’escale aux bateaux qui allait de l’océan atlantique au pacifique en passant par le détroit de Magellan.

Au début du XXe siècle, Valparaíso était alors considérée comme la capitale économique du Chili. Sa population a par conséquent considérablement augmenté. En effet seulement une centaine de maisons était présentes au XVIIIe siècle, au XXe siècle on comptabilisait environ 160 000 habitants, dont de nombreux étrangers : allemands, français, anglais, italiens, nord-américains.

Toutefois après la construction du Canal de Panama, le port a perdu de son influence, les bateaux n’avaient plus aucun intérêt à s’arrêter dans cette ville.

Aujourd’hui l’activité principale de Valparaíso est le tourisme, la pêche et la production de vin. En 2003, après de nombreux refus, Valparaíso est enfin déclarée Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO grâce aux façades colorées très populaires de la ville.

Quels sont les endroits à visiter ?

Sache tout d’abord que Valparaíso est une ville qui se visite avec de bonnes chaussures de marche. Tu vas te faire des fesses et des mollets en béton avec toutes les marches que tu vas monter !

Cerro/Collines Alegre et Concepción

Ce sont les deux collines les plus populaires de Valparaíso, c’est le centre historique de la ville. Pour visiter ces deux collines, je te conseille de passer par l’agence Tour 4 Tips. Tu donnes un pourboire à la fin de la visite si elle t’a plu (en général entre 6 000 et 12 000 CLP par personne soit entre 8 et 16€). La visite dure 3h, tu peux la faire en anglais ou en espagnol. À savoir qu’il y a beaucoup moins de monde pour la visite en espagnol. Le guide t’explique le street art, l’architecture de la ville etc.

Tu passes par tous les miradors les plus beaux et tu as une vue imprenable sur la ville.

« 2 de 18 »

Museo a Cielo Abierto

Le musée à ciel ouvert n’est pas un musée à proprement parlé. Tu te balades dans le Cerro Bellavista à la découverte des peintures, de l’église, des points de vue.

« 1 de 8 »

Museo La Sebastiana

La Sebastiana est l’une des trois maisons de Pablo Neruda convertie en musée. L’entrée dans le jardin est gratuite. Il faut payer 5000 CLP (6,70€) pour pouvoir visiter la maison, mais si tu es étudiant tu paies 2500 CLP (3,40€). On te donne un audioguide dans la langue de ton choix et un plan. Pour être honnête, ça fait beaucoup d’informations à ingérer en une fois.

Interdiction de prendre des photos, je n’ai donc rien à te partager hormis l’extérieur de la maison.

Arche britannique

Arche donnée à la ville pour commémorer le 100ème anniversaire de l’indépendance du Chili.

L’ancienne prison

C’est l’endroit culturel de Valparaíso. Tu peux aller voir des pièces de théâtre, écouter de la musique, découvrir des artistes locaux. Il y a quelque chose de nouveau tous les jours.

Le petit plus de mon séjour

Avec des personnes rencontrées à l’auberge, je suis allée à la plage des Docks vers Valparaíso, une plage qui n’est pas dans les guides, je ne pourrai même pas te dire où elle est. Le mieux serait de demander aux locaux, seuls eux savent.

On a fait du stop pour les 8 derniers kilomètres car les bus et les taxis ne s’y rendent pas directement. Une première pour moi. L’arrière des pick-ups est étonnamment assez confortable !

Miradors, place, collines, parcs, la liste n’est pas exhaustive

Il existe de nombreux miradors et petites rues à visiter, la liste est énorme. Personnellement je n’ai pas pris de plan, je me suis baladée au hasard dans les rues. J’ai adoré me perdre et faire de jolies découvertes. C’est je pense, le meilleur moyen de découvrir cette ville.

Si la marche n’est pas trop ton truc, tu peux aller sur les collines grâce aux funiculaires, entre 100 et 300 pesos le trajet (0,13€ – 0,40€).

Où se loger ?

J’ai séjourné à l’auberge La Casa Azul située dans le Cerro Bellavista, à quelques mètres du musée à ciel ouvert, donc idéalement situé sauf si tu galères à monter les escaliers.

C’est la meilleure auberge de tous les temps, j’ai passé énormément de temps avec les volontaires et les backpackers, une ambiance chaleureuse et festive ! J’étais comme à la maison ! Pour être honnête, à mon arrivée à San Pedro de Atacama je regrettais de ne pas être restée plus de temps à Valparaíso, mais les activités que j’ai faites m’ont vite fait changer d’avis.

Salta et la boucle du sud

Salta et la boucle du sud

J’ai décidé d’aller à Salta en faisant une halte à Corrientes pour couper en deux le trajet de bus d’une trentaine d’heures.

Je ne vais pas mentir, je considère Corrientes comme une ville de passage, ni plus ni moins. Il y a une plage, un petit parc, mais rien d’exceptionnel à voir.

Si jamais tu t’y rends, ne sait-on jamais, je te recommande mon auberge Bienvenida Golondrina : le personnel est très agréable, les douches et toilettes sont très propres, et point SUPER important : les chambres sont équipées de la CLIMATISATION ! Point à ne pas négliger dans cette ville !

Salta la linda

Tu remarqueras que je parle toujours des auberges dans lesquelles j’ai séjourné. Je l’ai fait une fois de plus L’auberge Apukana est l’une des meilleures auberges dans laquelle j’ai été pour le moment ! Le personnel est adorable. Le personnel respire la joie de vivre. Ils nous ont donné énormément de conseils et d’adresses pour manger, aller boire un verre etc. et on nous a même invité à passer une soirée avec eux.

Salta, renommée Salta La Belle est une ville qui m’a beaucoup plu ! Les places sont magnifiques, les marchés agréables à faire, mais c’est surtout l’ambiance que j’ai aimée. Tout comme à l’auberge je m’y suis bien sentie complètement à mon aise. J’ai eu un véritable coup de foudre pour cette ville !

J’ai visité le Musée Archéologique de Haute Montagne (MAAM pour les intimes). L’entrée est à 130 AR$ (5,30€) mais si tu es étudiant tu payes seulement 40 AR$ (1,60€).

Ce musée a été créé suite à la découverte de 3 corps d’enfants momifiés sur le volcan Llullaillaco, troisième volcan actif le plus haut du monde. Seule l’une des momies est exposée et une rotation a lieu tous les 6 mois. L’état de la momie que j’ai vue m’a impressionnée, elle a été extrêmement bien conservée !

Selon les archéologues, ces enfants issus de familles nobles auraient été enterrés vivants. L’une des filles a un bourrelet sur la joue, c’est dû à la présence de la chique de coca qu’elle mâchait pour supporter l’altitude.

Je n’ai pas eu le temps de prendre le téléphérique pour pouvoir surplomber et admirer la ville. J’aurais pu être déçue mais le roadtrip dans le sud de Salta m’a très vite fait passer à autre chose.

Boucle du sud

Pour faire la boucle du sud, j’ai décidé de louer une voiture pendant 3 jours avec 2 amis de voyage, pour un montant de 720 AR$/jour (30€).

Nous avons pris la Route Nationale 68 puis à El Carril nous avons pris la Route Nationale 33. On a fait une halte à Cachi pour manger et on est repartis en direction de Cafayate.

L’auberge dans laquelle nous avons dormi 2 jours était Esperanto Hostel. Les volontaires qui y travaillent sont très agréables, souriants, accueillants etc. On est sortis tous ensemble le soir même de notre arrivée. Le bar Doña Maria dans lequel on est allé est très populaire, la musique y était très agréable, j’ai pu voir des danses traditionnelles, extrêmement envoutantes.

Cafayate est une ville extrêmement petite mais très jolie et familiale. Les gens sont très accueillants. Les rues sont colorées, il y a de quoi manger dans la rue, sortir etc.

Nous avons rencontré des français à l’auberge avec qui nous sommes repartis à Salta. Nous avons pris la route 40 et sommes passés par la Quebrada de las Conchas.

Je n’ai pas de mot pour décrire les paysages que j’ai vus. Je préfère te montrer les photos directement (photos non retouchées) :

« 1 de 28 »

J’espère que mon article t’a plu et que les photos t’ont fait voyager avec moi !

Les bons plans de Buenos Aires

Les bons plans de Buenos Aires

Mon séjour a été de courte durée dans la capitale du Tango. Toutefois, j’ai réussi à dénicher quelques bons plans qui j’espère t’aideront.

L’hostel Portal del Sur

Tout d’abord il faut que je mentionne l’auberge de jeunesse dans laquelle j’ai séjourné. Elle était hors du commun, j’ai rencontré des personnes adorables, des Français mais pas seulement ! Bref, c’était du bonheur à l’état brut.

Points positifs :

  • L’auberge en elle-même : très jolie, avec un bar sur la terrasse du toit
  • La localisation : idéalement située pour visiter la ville  ; le quartier et les alentours sont très agréables

Point négatif : un petit-déjeuner qui n’a pas un très bon rapport qualité / prix. Ne le prends pas, tu économiseras.

Le marché de San Telmo

Ce marché est idéal pour faire ses courses comme un marché classique tu me diras. Mais on y trouve aussi des petits « boui boui » comme j’appelle ça, de petits restaurants/snacks, abordables et très bons !

Au passage, je crois que je pourrais manger des Empanadas tous les jours pendant mon voyage #bave

Gaston

Je te recommande également Gaston, le guide qui m’a fait visiter la Boca, San Telmo et Puerto Maduro. N’hésite pas à le contacter via son adresse mail : gastonabulafia@hotmail.com pour lui demander des renseignements et pour une visite.

Milangas

Le tango vient tout droit d’Argentine et tout particulièrement de Buenos Aires. Si tu souhaites aller t’essayer à cette danse très sensuelle, rends-toi dans une Milanga : lieu où l’on danse le tango. L’invitation se fait via un échange de regard et l’approbation par un simple hochement de tête. Je n’ai pas eu le temps de m’y rendre, mais voici les adresses que l’on m’a conseillée :

  • Cathédral del tango
  • Maldita milanga
  • La viruta
  • Manzana de las luces

Ce n’est pas le pays de la salsa mais si tu le souhaites, tu peux te rendre à El salson pour une initiation.

Changer de l’argent

Si tu veux changer ton argent, tu peux très bien te rendre dans une banque, mais le taux est souvent moins avantageux que les personnes que tu trouves dans la rue, tout particulièrement dans la Calle Florida.

Si tu souhaites savoir ce que j’ai vu pendant mon séjour à Buenos Aires, lis cet article !

Le départ approche – Mon itinéraire !

Le départ approche – Mon itinéraire !

Aujourd’hui je tiens à te présenter l’itinéraire avec toutes les étapes de mon prochain voyage. Le premier est tombé à l’eau mais cela ne m’empêche pas de remonter en selle. Je vais donc partir de fin-janvier à août en Amérique latine avec mon sac à dos et une excitation grandissante !
Jette un oeil à la carte réalisée grâce au Planificateur et dis moi en commentaire ce qui tu aimerais voir sur le blog 😉
Mon itinéraire, composé de 80 arrêts, peut paraître énorme pour un voyage de 6 mois. Il l’est très certainement, mais je tenais à marquer tout ce qui me plairait de voir, même si je sais pertinemment que je ne ferai pas tout et que je visiterai d’autres villes qui n’étaient pas prévues.

Comment ai-je trouvé tous ces endroits ? 

Google est mon meilleur ami ! J’ai regardé différents blogs, visité en long, en large et en travers le site du routard, lu des discussions sur des forums et avis de voyageurs.
Le routard permet de découvrir de jolis endroits mais qui sont pour la plupart très touristiques. Comme je souhaite découvrir des endroits reculés, moins touristiques, et certainement aussi beaux mais moins connus, j’ai décidé de prendre le renseignement à la source, c’est-à-dire auprès de personnes qui ont voyagé en Amérique latine et qui ont partagé leur expérience sur internet.
Tout ceci m’a permis de choisir aux mieux les villes que je vais visiter tout en évitant celles qui sont considérées comme dangereuses par certaines personnes.

Comment vais-je me déplacer ?

Je ne vais certainement pas partir de Lyon en kayak pour aller en Argentine, je vais bien prendre l’avion. Toutefois pour limiter mes dépenses là-bas, je vais essayer de réduire les déplacements en avion et favoriser le bus ou le cheval (ouais bon peut-être pas). Me déplacer en bus de nuit me permettra ainsi de faire des économies sur l’hébergement.

Est-ce que je vais dormir sur la plage tous les jours pour économiser ?

Je ne veux pas gaspiller mon argent. Certes. Mais je ne tiens pas à avoir plein de sable dans les cheveux.
Les auberges de jeunesse restent donc pour moi le meilleur moyen de faire des économies tout en rencontrant des personnes de tous horizons.
Je vais quand même prendre une tente avec moi pour les treks et pour une plage ou deux 😉 (le sable c’est pas si horrible que ça finalement)

Comment vais-je payer, retirer de l’argent etc ?

Je prends mes cartes bancaires françaises au cas où, mais je vais également ouvrir un compte à la banque N26 qui permet de retirer de l’argent en devises étrangères sans commission. Je te ferai un retour via un article après quelques mois d’utilisation.

Marion si ce plan est merdique je te tue. Cordialement, ta soeur.

Est-ce que je flippe ?

Carrément ! Mais c’est assez positif non ?

Qu’en penses-tu ? Dis-moi en commentaire ⇩

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial